14 058 Morts pour la France de Haute-Vienne liés à la Première Guerre mondiale

Article du site La Grande Guerre et le Limousin du 1er août 2014

C'est à partir d'une exploitation des fiches des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale, en ligne sur le site Mémoire des hommes du ministère de la défense, que la base des Morts pour la France de la Haute-Vienne a été confectionnée. Dans la base nationale des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale, le seul critère de recherche qui permet une réponse exhaustive est celui du département de naissance. Tous les autres critères de recherche ne sont pas exploitables car ils sont fondés sur une indexation collaborative.

Au moment de la confection de la base de la Haute-Vienne en mai 2014, le site Mémoire des hommes permettait d'obtenir 14 842 réponses pour le département 87. Ce total des réponses n'est pas le nombre de Morts pour la France nés dans le département de la Haute-Vienne : il faut y retrancher 222 réponses liées à des erreurs de classement au niveau du critère du département (les fiches sont classées Haute-Vienne, alors qu'elles proviennent d'autres départements...) ; 551 réponses liées à des fiches en double, plus rarement en triple (il s'agit souvent de fiches d'officiers) ; 9 réponses liées à des fiches créées postérieurement et sans image (il s'agit de quelques cas de combattants ayant obtenu la mention “Mort pour la France” suite à un décès qui peut s'étaler de 1922 à 1949) ; et 2 réponses qui après vérification correspondent à des “non Morts pour la France”. Au final, il reste un ensemble de 14 058 Morts pour la France nés en Haute-Vienne et décédés entre le 5 août 1914 et le 23 décembre 1919. (*)

Ce chiffre donne un ordre de grandeur des pertes pour le département de la Haute-Vienne (en données relatives il représente environ 1% du total des Morts pour la France et 3,7% de la population du département au recensement de 1911). Il sous-estime le total des morts car il faudrait y rajouter les combattants nés en Haute-Vienne et dont les fiches ont été classées par erreur dans d'autres départements (On peut estimer cette lacune à au moins 200 cas, par symétrie avec les erreurs inverses citées plus haut), et les combattants décédés mais qui n'ont pas obtenu la mention officielle “Mort pour la France” (Au niveau national, le site Mémoire des hommes comporte 1 300 000 fiches individuelles de Morts pour la France et le site genealogie.com estime à environ 100 000 les “non Morts pour la France” : proportionnellement cela représente environ 1 100 morts à rajouter au chiffre initial). En tenant compte de ces corrections, le véritable chiffre des morts de la Haute-Vienne est probablement de l'ordre de 15 300.

Félix Vallotton, Le Cimetière de Châlons, 1917, huile sur toile, 54 x 81 cm, image de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BCDI).

L'exploitation pédagogique de la Base des Morts pour la France de la Haute-Vienne peut-être envisagée à partir de la déclinaison des différents critères de classement présents dans les fiches individuelles.

Plusieurs présentations des données de la base seront proposées dans le cadre de ce site. Au fur et à mesure du déroulement du calendrier du Centenaire, il sera proposé des données de la base en fonction des dates de décès et des lieux de décès. Il sera ainsi possible de retrouver les grandes phases de la Première Guerre mondiale (bataille des frontières, grande retraite, bataille de la Marne, course à la mer, bataille de Verdun...) et les localisations du conflit ( cartes plus au moins détaillées de la ligne du font en France : du Pas-de Calais à l'Alsace, mais aussi en dehors du territoire national : Belgique, Italie, Grèce, Serbie, Turquie...).

Il sera également proposé des données de la base en fonction des communes de naissance et des communes de transcription du décès. Dans cette seconde approche, on peut imaginer exploiter les informations de la base pour étudier les parcours individuels et collectifs des combattants présents sur le monument aux morts d'une commune. Les parcours militaires peuvent être précisés à l'aide de plusieurs critères : la date de naissance (elle indique la classe de recrutement), le centre de recrutement, le matricule de recrutement, le grade et le régiment.

Une troisième approche est également envisageable à partir du critère du genre de mort : de nombreux militaires sont morts sur le front “tués à l'ennemi” ou “disparus”, par “blessures de guerre” ou de “maladie en service” (On peut par exemple suivre l'évolution de la fièvre typhoïde, de la grippe et de la tuberculose). D'autres sont morts loin du front dans des camps de prisonniers, dans des hôpitaux, et parfois chez eux, des “suites de blessures” ou des “suites de maladies”.

(*) Après plusieurs vérifications la liste est passée de 14064 Morts lors de sa première édition en août 2014 à 14058 lors de sa dernière révision en avril 2018.

Source : Luc Fessemaz, Base des Morts pour la France de Haute-Vienne.

Carte de la répartition des 14058 Morts pour la France nés en Haute-Vienne dans les 201 communes du département